Habellis, acteur territorial de poids

0
Jean-François Buet, président d’Habellis Bourgogne. (Habellis)

Habellis, premier bailleur social de France, joue un rôle de premier auprès des collectivités et des entreprises. Au travers de ses programmes de construction et de réhabilitation, il contribue à aménager le territoire et participe à l’économie locale.

18 350 logements sont gérés par le groupe Habellis-Action Logement, le bailleur social en charge du « 1 % logement » versé par les entreprises de plus de 50 salariés. « Désormais, c’est plutôt 0,45 % » reconnaît Jean-François Buet, président d’Habellis Bourgogne. Présent sur les quatre départements, le bailleur possède des logements tant en ville qu’en milieu rural. « Nous avons construit 334 logements en Bourgogne en 2020 auxquelles s’ajoutent les travaux de réhabilitations. » Sur l’ensemble de la région, Habellis a investi plus de 40 millions d’euros pour la réalisation de logements neufs ou dans des opérations conséquentes de réhabilitation. Une manne financière pour les entreprises du bâtiment qui interviennent pour le compte du bailleur. « Nous privilégions les acteurs du territoire qui cotisent également à Action Logement. En réalisant 200 à 250 logements par an, nous contribuons à assurer une programmation constante pour ces entreprises. » En Côte-d’Or, en 2020, 16 millions d’euros ont été injectés dans l’économie à travers la construction de 169 logements tandis que la Saône-et-Loire a, quant à elle, profité de 2,5 millions d’euros. « Le département n’a pas le même besoin en construction. Nous avons donc mis l’accent sur la réhabilitation, notamment dans le secteur minier de Montceau-les-Mines. » Partout, le bailleur affiche sa volonté de ne plus avoir de logements avec des performances énergétiques classées « F » ou « G » d’ici dix-huit mois.

Penser l’immobilier écologique

« Nous essayons d’être innovants, de faire des choses dans le sens du besoin des concitoyens par rapport à la maîtrise des charges. » Les projets immobiliers d’Habellis intègrent plusieurs enjeux, à commencer par le pouvoir d’achat des locataires. Bien que les investissements du bailleur social puissent être conséquents, il met un point d’honneur à ne pas augmenter le loyer et les charges. « Nous travaillons avec la fédération du bâtiment sur l’évolution des technologies. Nous avons vocation à faire de l’innovation, car nous investissons dans la durée quand un promoteur privé se trouve sanctionné s’il ne vend pas son bien. » Le chauffage, les matériaux, le stationnement, Jean-François Buet évoque les leviers sur lesquels agir dans un intérêt économique mais aussi écologique.

En concertation

En tant que bailleur social, Habellis accompagne les collectivités dans leur aménagement territorial. « Quand une commune n’a pas atteint ses 20 % de logements sociaux, nous l’aidons à le faire. » A Dijon, Habellis participe ainsi à la transformation du quartier Jaurès. Le site Machureau prévoit 200 logements, intégrant, à la fois, la location et l’accession à la propriété. « Nous collaborons aussi avec les collectivités pour avoir du foncier accessible et réduire son impact sur les prix. » A Chalon-sur-Saône où le seuil de logements sociaux ne pose pas de difficulté, Jean-François Buet et Habellis imaginent alors d’autres typologies d’habitat avec des alternatives résidentielles.

Pour Aletheia Press, Nadège Hubert